vendredi 29 avril 2011

tentation

10 commentaires:

Andrea Pucci a dit…

Ahahahahahah! Very funny! It's the truth...always trouble with copyrights!!!

Thomas Brissot a dit…

et en plus, une âme d'illustrateur talentueux s'achète au rabais de nos jours.
Comment exorciser les éditeurs ? En leur récitant des passages choisis du code de la propriété intellectuelle en leur plaquant un crayon de papier sur la tête? Lol je divague

Andrea Pucci a dit…

I would say: damn editors!

Didier Eberlé a dit…

Le stylo plume la mine du crayon...

Gally a dit…

:) J'ai signé une fois un contrat avec des américains, où je cédais mes droits moraux (normal…) et tous les droits d'adaptation actuels et futurs pour "l'univers entier" (texto…)

j.etienne a dit…

GALLY-du temps où on envoyait les illus originales peintes"à la main",les éditeurs américains les gardaient systématiquement.La notion de droits d'auteurs entre en ligne de compte pour quelques dessinateurs célèbres en mesure de négocier sur la base de leur notoriété.

pierre braillon a dit…

Cet histoire d' "univers entier" a une justification juridique, qu'un copain administrateur d'espaces culturels m'avait expliqué, mais dont je ne me souviens pas, hélas. Mais c'est pas si absurde que ça, je crois. Il me semble qu'il s'agit d'une histoire de limite obligatoire à une cession de droit, qui concerne toujours un territoire et une durée. On peut donc avoir des contrats qui durent 200 ans (mais pas "toujours", car c'est sans limite ) et concernent notre galaxie et les plus proches (mais pas "partout", car ça n'a pas de valeur non plus ).

pierre braillon a dit…

il y aussi des témoignages qui racontent que chez Dupuis, dans les années 50, on pouvait trouver des originaux chez l'imprimeur... par terre ! devant les machines !

Thomas a dit…

Gally - c'était un contrat américain.?
Parce que le droit moral n'existe pas aux states, c'est une exclusivité française, et il est incessible même si t'écris "je cède tous mes droits".

j.etienne a dit…

j'en aurait à raconter sur les originaux malmenés!marqués au feutres par l'imprimeur,ou le plus souvent "perdus"on ne sait où...